CDT 18 : Pinedale – Grant Village

CDT 18 : Pinedale – Grant Village

6 jours, 171mi/275km

Le lendemain, nous trainons longuement à Pinedale puis allons manger. Il pleut assez violemment alors que des orages passent au dessus de nous, et nous hésitons tous (Icepus et nous) à prendre un zero. Finalement, le ciel se dégage et avec le ciel bleu nous retrouvons notre motivation. Icepus partent avant nous alors que nous retournons manger une dernière fois. Le stop pour retourner au trailhead est assez rapide (c’est pourtant un cul-de-sac), et finalement nous commençons à marcher en fin d’après-midi. Nous voulons remonter sur les contreforts des Winds pour pouvoir commencer la seconde variante assez tôt demain. En chemin, nous croisons des scouts, puis un moniteur à la recherche d’un scout perdu. Bonne nouvelle pour lui : il court assez vite pour ne pas être embêté par les moustiques. (Autre bonne nouvelle, mais moins importante : il retrouvera son scout).

Après un nouveau bivouac partagé avec les moustiques (en fait je crois que je vais arrêter de parler des moustiques, mais partez du principe qu’ils sont toujours omniprésents), nous rejoignons le départ de la variante de Knapsack col. Nous remontons une large vallée pleine de lacs avant que la pente ne se redresse dans la neige. La fin de la montée est raide, glissante, et franchement belle malgré les gros nuages qui vont et viennent. Nous terminons par une petite traversée avec les mains dans les rochers avant de nous arrêter au col pour manger. La descente se fait en skiant sur les névés avec vue sur les petits glaciers qui enserrent le col. Nous devons passer deux petits cols pour rejoindre le CDT officiel : le premier se descend dans un pierrier pas rigolo, et le second se franchit sous l’orage. Finalement, nous atteignons le CDT et nous continuons quelques kilomètres. Nous bivouaquons sur une petite île sous les pins après seulement 31km sur ce qui était l’étape la plus alpine de notre CDT.

Maintenant que nous avons passé les Winds, le paysage sera plus doux jusqu’au Montana. Nous partons donc assez tôt pour pouvoir faire une bonne journée. Nous suivons la Green River et ses Green River Lakes pour sortir définitivement des Winds. Quelques derniers regards en arrière nous montrent de beaux sommets avant que nous rejoignons le paysage de collines montagneuses qui nous amènera à Yellowstone. Nous sommes en juillet, mais les fleurs explosent et le sentier est entouré d’une palette de couleurs et de senteurs. Nous mangeons juste avant une traversée de rivière et je repars seul. Après le gué le chemin tourne brutalement à gauche sur une sente, mais je ne le vois pas et reste sur le bon sentier. Petit aller-retour de 3km bonus pour moi. Il est donc assez tard lorsque je rattrape finalement Anchor et Snakefarm, puis nous nous reperdons encore et finalement je campe seul avec les moustiques (raté, je parle encore de moustiques – mais ce fut l’une des pires soirées). Nous sommes maintenant en plein cœur du « Grizzly country » (territoire grizzly) car nous sommes dans la zone où les grizzly problématiques de Yellowstone sont relocalisés. Nous devons pendre notre nourriture tous les soirs, et c’est une perte de temps démotivante (mais bon, on préfère ça que de se réveiller lors d’une visite d’un grizzly, ou de perdre toute sa nourriture).

Le lendemain le sentier continue de louvoyer sur les collines. Je croise une immense horde de wapitis, et le grondement lorsqu’ils se mettent tous à courir est impressionnant. Il n’y a pas beaucoup d’eau et je décide d’aller manger près d’une source qui est à l’écart du sentier, espérant y trouver Anchor et Snakefarm. Pour l’atteindre je dois traverser une grande clairière avec une grosse souche au milieu ; alors que je m’engage dans la clairière, la souche se met à courir en direction des arbres. Ça y est, j’ai vu un grizzly. J’avais tout le temps du monde pour le prendre en photo, mais je n’avais pas reconnu l’animal. Tristesse. Je suis seul à la source et je décide de prendre mon temps. Alors que je me prépare à repartir, Anchor et Snakefarm arrivent : ils étaient derrière moi. Hier soir ils ont campé plus loin que moi, et ce matin ils m’ont attendu. J’ai passé leur camp sans les voir alors qu’ils ont repliés les tentes bien plus tard que mon passage.

Nous repartons tous ensemble. Nous voulons faire le plus de kilomètres possibles pour arriver assez tôt à Brooks Lake Lodge demain. Il s’agit d’un hôtel dans la campagne où nous avons envoyé des colis de nourriture pour ne pas avoir à aller à Dubois en stop. Nous passons l’après-midi a essayer de ne pas avoir les pieds mouillés, mais finalement nous devons abandonner. La fin de la journée se fait sur des pistes et je débranche le cerveau en écoutant de la musique. Je suis assez ailleurs pour prendre la mauvaise piste et faire environ 200m de dénivelé bonus pour me retrouver à un lac. C’est un cul-de-sac, et revenir sur mes pas me ferait perdre beaucoup de temps. Je décide de redescendre en suivant le ruisseau qui part du lac. La forêt est luxuriante et la descente est longue : 45 minutes pour faire environ 1 km. Je rejoins finalement la bonne piste et rejoins Anchor et Snakefarm là où on avait prévu de s’arrêter. Ils commençaient à s’inquiéter pour moi, sachant que j’étais censé être devant eux. Ma propension à perdre le chemin et du temps commence à devenir une blague entre nous.

Aujourd’hui nous devons passer à la lodge pour récupérer nos colis. Nous voulons y arriver assez tôt et y passer du temps pour nous reposer un peu. Nous atteignons le col et la route qui mènent à Dubois et remontons de l’autre côté pour finalement atteindre la piste qui nous amène à la Lodge. Anchor et moi arrivons en premier. Nous récupérons nos colis, et sur la suggestion d’une résidente des lieux nous demandons à la personne à l’accueil si nous pouvons acheter un petit déjeuner. Ce n’est normalement pas possible, mais elle va se renseigner. Quelques minutes plus tard, elle nous ramène des restes : bacon, cinnamon rolls, porridge, etc. Et c’est cadeau 🙂 Elle nous demande de rester discret là-dessus, pour ne pas avoir des hordes de CDTers à la recherche de petit-déjeuners. Nous passons 2 heures à la Lodge, faisant sécher nos sac de couchage, rechargeant les powerbanks et profitant du Wi-Fi. Nous réfléchissons à la suite : nous n’avons pas de permis pour Yellowstone, ce qui rend le bivouac dans le parc impossible. Nous devons donc atteindre Grant Village en une journée de marche. Sachant qu’il y a 43km entre la frontière du parc et la route qui mène au village (il faudra faire du stop), il faut que nous dormions à la limite du parc si nous ne voulons pas arriver trop tard. Il est 11h, et nous sommes à 92km de ladite frontière. Si nous partons maintenant, nous pouvons y être demain soir.

Anchor et Snakefarm partent en premier pour s’arrêter au lac et se baigner. Je reste encore quelques temps puis reprend la route. Je les passe alors qu’ils sont en train de se sécher et continue en direction d’un petit col. Je croise des volontaires en train de rebaliser le CDT et l’un d’entre eux m’interroge longuement pour savoir si je suis prêt en cas de rencontre avec un grizzly. Oui, ma bombe à ours est à portée de main ; par contre, malgré ses conseils insistants, je n’attendrai pas que le grizzly soit à moins de 2m (oui oui) pour l’utiliser. Je vais faire comme tous les fascicules disent et l’utiliser lorsqu’il est à 10m ou moins.

Je passe une énième grosse rivière et retrouve Patrick, un thru-hiker parti un peu avant moi du Mexique. Il est très lent, mais ne s’arrête quasiment jamais en ville. Je prends une pause en attendant Anchor et Snakefarm, et quand ils arrivent nous nous mettons d’accord sur le lieu de bivouac (la prochaine grosse rivière). Ils me disent qu’ils ont vu Icepus qui sont peu derrière. Je repars, passe un dernier col et arrive finalement au lieu de bivouac. La forêt y a brûlé il y a quelques années et l’endroit pour camper n’est pas grand, mais nous devrions tenir. Je mange en attendant Anchor et Snakefarm, et ils me rejoignent. Ils ont encore vu Icepus, que je n’ai pas vu depuis Pinedale. Malgré le temps passé à la Lodge, nous avons fait 43km aujourd’hui et nous sommes dans les clous par rapport à l’arrivée à Yellowstone.

La journée suivante est globalement identique : plusieurs montées descentes au milieu des collines, de grosses rivières dans les vallées, un Shanx qui se part de bon matin et qui perd 30 minutse, et un chemin qui permet de bien avancer. Le ciel est couvert une bonne partie de la journée et il pleut quelques minutes ici et là, mais pas assez pour me motiver à mettre ma tenue de pluie. Ma stratégie : il pleut pendant peu de temps, et ensuite j’ai le temps de sécher avant l’ondée suivante. Ça marche bien, jusqu’à ce que je me trompe (mais aujourd’hui ça va). Nous passons « Parting of the Water », un ruisseau qui se sépare en deux bras : l’un des bras ira dans le Pacifique, l’autre dans l’Atlantique. Nous arrivons assez tôt – 18h30 – à la limite du parc de Yellowstone après une nouvelle journée de 43km. Nous posons le camp sous les arbres et allons nous coucher tôt pour nous protéger des moustiques (encore eux).

Au petit matin, nous passons la frontière de Yellowstone. Aujourd’hui nous sommes dans une partie peu fréquentée du parc, et à part quelques petites zones géothermales il n’y a rien de particulier. Anchor et Snakefarm sont devant moi (ils sont partis plus tôt ce matin), et j’arrive à la route vers 16h. J’ai mis 9h (pauses comprises) pour faire 43km : pas mal. Je suis assez rapidement pris en stop, et à la question de savoir où je veux être déposé, la réponse s’impose : là où on peut acheter de la nourriture. Je sais que j’y retrouverai Anchor et Snakefarm, et ça me va bien aussi.

Grant Village n’est qu’un village touristique avec camping, general store, hôtel et station de rangers. Il n’y a pas d’habitants à l’année. Nous devons marcher 2km pour rejoindre le camping, puis je retourne sur mes pas pour aller prendre ma douche et faire une lessive – à cause des ours, le bâtiments contenant les douches et le lavomatic est super loin du camping. Avant de nous coucher, nous faisons un point afin de déterminer quels sont les campgrounds pour lesquels nous voudrions avoir le permis. C’est un peu frustrant de ne pas pouvoir marcher comme on le souhaite, mais c’est le jeu dans les parcs nationaux.

16-07-2018
Retour en direction des Winds

Paysage de plus en plus granitique

Un Shanx sauvage qui pense qu’Anchor est devant (en fait non) – Photo prise par Anchor

17-07-2018
Retour au pied des Winds

Départ de la variante de Knapsack Col

Reflets

La vallée en direction de Knapsack Col

Le col est la pente de neige au centre gauche

Je sers d’échelle pour le paysage – Photo prise par Anchor

Bonne montée

Le fond de la vallée

Pendant que je prends Anchor en photo…

Elle me prend en photo – Photo prise par Anchor

Anchor et Snakefarm dans la dernière franche montée

Maintenant il ne reste qu’à traverser en direction du col

Plongeon de l’autre côté

Vallée avec glaciers

Descente en ski (sans ski) – Photo prise par Anchor

On quitte la neige

Pic et lac

Ca ressemble aux Pyrénées non ?

Finalement la piste me manque (presque)

18-07-2018
Table Mountain

Lac et Table Mountain

On s’éloigne des Winds

Vieux chalet

Le paysage se fait plus doux

Explosion de couleurs (et de senteurs, mais ça passe moyennement en photo)

19-07-2018
Énorme horde de wapitis sauvages

Rouge et bleu

Clairière

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour garder les pieds secs…

Ça devient de plus en plus difficile de ne pas les tremper

Ça y est c’est perdu, impossible de contourner cette traversée de marécage

Falaise dentelée au loin

20-07-2018
Prairies et falaises

Toujours autant de fleurs

On doit passer le petit col à gauche

Depuis longtemps on a oublié l’idée d’enlever les chaussures : il y a beaucoup trop de traversées, et le fond est très glissant

En route vers le col

21-07-2018
Parting of the Water : le ruisseau se sépare naturellement en deux bras, mais l’un ira dans l’Atlantique et l’autre dans le Pacifique

Panneau explicatif

La vie reprend

On dort à la frontière avec Yellowstone

22-07-2018
A défaut de voir des grizzlys

Un des nombreux lacs de Yellowstone

Petite zone géothermale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *