Balade japonaise

Balade japonaise

1497988888.jpg

Après l’Islande et la Corse l’année dernière, je continue mon tour des îles. J’ai choisi un juste milieu entre ces deux îles : la chaleur corse et les précipitation islandaises, ça donne le Japon. 😀

Au niveau du retour, il va se découper de la sorte :
– intro (on y est)
Partie 1 : départ et Shikoku
Partie 2 : de Shikoku à Kii
Partie 3 : Péninsule de Kii
Partie 4 : Honshu
Conclusion & logistique (faq : faire du vélo au Japon)
Matériel

Pour ceux qui seraient intéressés pour faire du vélo au Japon, le plus intéressant sera probablement la conclusion.

J’ai pas mal hésité avant de prendre mes billets vu que ce n’était pas du tout en haut de ma liste d’envie. Mais vu les complications administratives du pays qui m’intéressait le plus, et comme ma soeur est à Kyoto pour six mois, j’ai finalement choisi le Japon. Une fois la destination fixée, il m’a fallut trouver quoi faire. Comme d’habitude, je pensais faire une rando à pied. Mais les itinéraires « connus et balisés » (très souvent des pélerinnages) étaient soit trop urbanisés, soit bien trop courts.

Après de nombreuses tergiversation, j’ai donc choisi de partir en vélo. Grande première pour moi qui suis au mieux un cycliste occasionnel. Comme en plus je m’étais fait voler mon vélo de route fin 2016, autant vous dire que mon niveau de préparation atteignait des sommets. Cependant, le vélo me semblait le choix le plus adapté pour moi qui voulait en voir le plus possible et qui souhaitait à la fois voir des paysages mais aussi découvrir la culture. Et si le Japon est un pays très urbanisé, tout l’arrière pays montagneux est très tranquille avec de très belles routes, donc c’est parfait pour rouler.

Du coup, un peu moins d’un mois avant le départ j’ai acheté un vélo milieu-bas de gamme Décathlon (Triban 520 – spoiler alert: j’en suis très content). Je ferais un message détaillé sur le matos. Lors de mon départ, j’avais environ 530km et 9000m de D+ à mon actif, ce qui est peu. Je ressentirai bien ce manque de préparation.

J’ai aussi dû faire modifier mon billet d’avion pour inclure ledit vélo, ce qui m’a fait ajouter à la facture… 0€. 550€ A/R Lyon – Osaka avec un vélo, un bagage soute (46kg en tout) et un bagage cabine, merci Lufthansa (pour une fois que j’ai pas l’impression de me faire arnaquer en prenant l’avion). J’avais payé à peu près la même chose pour aller en Islande…

J’ai finis d’acheter le matos vélo (sacoche, etc.) deux jours avant de partir. Niveau organisation je suis pas mal je pense. J’ai fait le choix de partir avec une sacoche de vélo étanche (20l) et un sac à dos étanche (22l) accroché au porte-bagage afin de me permettre de me balader facilement avec mes affaires sensibles sur le dos en cas de besoin. Vu que je n’ai jamais eu peur pour mes affaires (et oui, c’est le Japon), je ne me suis jamais servi de mon sac à dos autrement que sur le vélo. 40l en tout, c’est beaucoup et j’avais souvent de la place libre, mais au moins ce n’était pas prise de tête pour le chargement ou pour chercher un truc, donc ça me va. Je ferais un post sur le matos, même s’il n’y a rien de révolutionnaire et aucun poids (je n’ai pas de balance). Je pense rester dans le thème vu la simplicité de la liste.

Au niveau de la préparation de l’itinéraire, ça s’est fait au feeling sur Google Maps. Toutes les routes goudronnées (et même certaines non revêtues) ont droit à Street View, donc c’est vraiment facile de préparer un itinéraire au petits oignons. Je n’avais que quelques points de repères : départ (Onomichi, pour la route des îles), les villes de ferry pour circuler entre les îles et à travers les baies, deux points remarquables (Fuji et un autre truc) et arrivée (Tokyo). Voici le parcours que j’ai suivi :

1497990020.png

Il est en trois parties :
Shikoku (rouge) : 435km, très montagneux
péninsule de Kii (vert) : 452km, beaucoup de littoral (mais jamais plat) et un peu de montagnes sans trop d’altitude
Honshu (bleu) : 754km, beaucoup de littoral (quasiment jamais plat), de la montagne.

Les distances sont les distances « utiles » ; avec tous les petits tours et détours que j’ai pu faire, mon compteur m’indique que j’ai fait environ 2100km.
Je ne peux malheureusement pas indiquer de D+, car il y a beaucoup (mais vraiment beaucoup) de tunnels, donc ça fausse les altitudes des traces gpx. J’ai essayé de ne pas mettre de points dans les tunnels, mais même comme ça le profil est faussé. Je pense qu’en moyenne j’étais entre 700 et 1000m de D+ par jour, avec parfois de grosses montées (cols), mais aussi souvent de petites variations. Les routes côtières sont par exemple un enchaînement fatiguant de petites ondulations de 20 ou 100m de dénivelé.

Au fur et à mesure de mon avancement j’ai de moins en moins suivi ma trace prévisionnelle, la dernière partie se faisant quasiment en improvisation avec l’aide de Maps. Je ne le regrette pas vu que c’est là ma partie préférée. Par contre j’ai eu le droit à un A/R de plus de 100km (facilement visible sur la trace bleue) à cause d’un col fermé…

Au niveau du retour, il va se découper de la sorte :
– intro (on y est)
Partie 1 : départ et Shikoku
Partie 2 : de Shikoku à Kii
Partie 3 : Péninsule de Kii
Partie 4 : Honshu
Conclusion & logistique (faq : faire du vélo au Japon)
Matériel

Pour ceux qui seraient intéressés pour faire du vélo au Japon, le plus intéressant sera probablement la conclusion.

Voilà, maintenant il ne me reste plus qu’à raconter trois semaines magnifiques. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *