Islande jour 10 : de quelque part à Landmanalaugar

Islande jour 10 : de quelque part à Landmanalaugar

AccueilJour 9Jour 10Jour 11
Jour 10 : quelque part -Landmanalaugar
Je me suis endormi vers 22h. À minuit, le vent tourne brutalement et arrive pile au niveau de la porte de mon abri. Vu que je suis une tanche qui ne sait pas le monter correctement, il manque de s’envoler. C’est donc à la frontale que je le démonte pour le remonter dans le bon sens. Je perds une bouteille vide, qui s’en va au vent mauvais. Bien entendu, après ça je ne referme pas l’œil de la nuit.
À l’aube j’ai donc deux nuit quasi blanche dans les pattes et des pieds en compote. Qu’une seule envie : dormir à l’abri. Donc je pars, direction Landmanalaugar. Rapidement je passe le premier barrage, puis un pont (c’est rare les ponts en Islande), et j’arrive sur la route. Du goudron ! Ça faisait longtemps.
À l’intersection se trouve une voiture. C’est une rangers qui attend ici les rares voitures de passage pour vérifier que tout va bien. Elle me demande si je n’ai pas eu de problème avec la tempête. Une tempête ? Où ça ? :p Nous discutons un peu et elle prévient son collègue de Nyidalur que je ne suis pas mort.
Je repars en direction du sud sur la route déserte (assez bêtement d’ailleurs, y’a une piste qui coupe directement vers le second barrage). Après un ou deux kilomètres, une voiture se gare à côté de moi : la rangers me propose de m’avance jusqu’à l’intersection avec la route de Landmanalaugar. Forcément, je craque. :p
Finalement elle m’amène jusqu’à la piste en faisant un détour pour me montrer une cascade très belle. Elle me parle de son fils, qui a à peu près mon âge. Ah les islandais… 🙂
Elle m’a à peine déposé sur la piste qu’un van conduit par deux jeunes allemands s’arrêtent. Ils me proposent de m’amener jusqu’à Landmanalaugar. Forcément, je craque. :p
Il y a beaucoup de voitures sur la piste ; ce n’est plus l’Islande sauvage. Arrivé au camp, je me prends une nuit au refuge (je ne dirais pas le prix, c’est indécent), vais m’acheter une paire de chaussettes (18€ !) et passe ensuite 4h dans la source chaude, dont une bonne partie avec les allemands et une allemande rencontrée sur place. À part des allemands, il y a des français. Heureusement qu’il y a le paysage pour être dépaysé. :p Les discussions m’apprennent que la veille beaucoup de tentes ont souffert des éléments.
Cette (toute) petite journée de marche et cette grosse journée de détente me font un bien fou. Ceci dit, à 21h je dors déjà profondément malgré le remue-ménage dans le dortoir.
AccueilJour 9Jour 10Jour 11
AccueilJour 9Jour 10Jour 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *