Zigzags entre crêtes et plateaux des préalpes

Zigzags entre crêtes et plateaux des préalpes

J’aurais aussi pu ajouter « rencontre MUL impromptue, 2ème édition » (la première édition, c’était là, et avec scal) dans le titre, mais j’avais pas assez de place. Pour savoir qui est le MUL que j’ai croisé, va falloir lire (suspens suspens). :p
Je suis rentré vendredi soir d’une rando de 7 jours dont l’idée m’a fortement été inspiré par la sortie de florencia, Des crêtes drômoises à la montagne de Lure. Cependant, en plus de faire le parcours dans l’autre sens (beaucoup plus simple d’aller à Sisteron que d’en revenir), j’ai fait quelques modifications, notamment le départ de Sisteron, donc, mais aussi le zap de la montagne de Lure (je voulais arriver dans le Vercors plus vite), etc. La trace globale ressemble donc à ça :
ici.
Ça donne environ 215km, 12000m de D+, le tout en une semaine tout rond. J’avais prévu assez clairement le chemin jusqu’à l’Essaure, puis je comptais improviser dans le Vercors, avec la forte envie de passer par Serre-Brion et le Purgatoire. Comme la météo ne me laissait que 6 jours de beau avant le retour du mauvais temps, j’ai décidé de marcher vite pour pouvoir faire Serrre-Brion par beau temps. Las, je ne suis même pas passé par là…
J’avais 10 jours de libres, et quelque chose comme enre 8 et 10 jours de nourriture dans le sac. J’en parlerais plus tard, mais moi et la nourriture en rando, c’est toute une histoire : j’avais clairement pas assez (j’étais à 2000kcal par jour…), et pourtant je suis rentré avec 1kg de nourriture…
Avant de commencer, un dernier « détail » : je n’avais jamais rien perdu en rando. Du coup, je me suis rattrapé en une fois : mon t-shirt ML s’est envolé le premier jour (je rejoins donc la pléïade des florenciades et zoreïades 😀 ), mon couteau le 5ème jour, et surtout, mon APN dans des circonstances particulières (vol…). Du coup, peu de photos, mauvaise qualité, et pas de photo du tout pour les deux premiers jours. :/
Jour 1, de Sisteron au col de Branche : ça commence bien…
Levé à 5h, train jusqu’à Grenoble, puis covoit’ jusqu’à Sisteron : partir en rando se mérite. Le covoit’ fut bien sympa, le conducteur étant un amateur de sports de montagnes ayant déjà publié quelques récits d’expé dans expé mag (Deep in Baffin, par exemple).
À Sisteron, je me charge en eau, et je pars sous un ciel qui se couvre petit à petit. Toute la semaine, ma technique de gestion de l’eau sera la même : porter le max d’eau (soit 3,25l) et boire comme un chameau à chaque source. Sous le soleil que j’ai eu, il me fallait bien ça pour tenir. Et avec mon litre minimum bu à chaque source, je pense que je buvais 7 ou 8l d’eau par jour…
Le chemin est facile à suivre : il s’agit du GR6, qui monte rapidemnt sur la crête du Mollard et que je suis jusqu’au col de la mairie. Parfois, quelques gouttes me rappellent que la météo a prévu de la pluie et des orages, mais heureusement je resterai sec toute la journée. Au col de la mairie, je décide de tenter ma chance par la Vigne de Guerre (qui donnerait probablement les raisins de la colère, s’il y avait des vignes…), où je pense que ça doit passer même si la carte ne donne pas de chemin. En effet, une bonne sente permet de rejoindre le col de St Pensier sans difficulté (du col de la mairie, redescendre vers le nord, et prendre la première sente qui part à l’ouest). Le paysage est sympa, avec des sortes de canyons en sable gris.
Au col de St Pensiez, ça démarre doucement puis ça grimpe sec jusqu’aux ruines de la chapelle St Bevons, où je mange dans une belle pinède qui me protège de la petite pluie. Je continue sur le flanc de la montagne de l’Ubac. Plutôt que de prendre la large piste, je préfère essayer de couper par un sente indiquée sur la carte IGN. Si elle est bien présente au début, elle se cache vite sous les buissons et me voilà en mode sanglier. Mais au moins, je n’ai pas cédé au diktat de l piste balisée ! Ah tient, la piste… Bon, ben je cède. 😀 La montée au pas de Liérette est un grand moment, qui se termine en hors-sentier florencien dans le maquis. Mes jambes en garderont les traces toute la semaine (rien d’aussi marqué que florencia dans son maquis corse, mais bien plus de griffures que ce que j’estime nécessaire). Après avoir lutté longuement, j’arrive au col. Et si pour monter, je n’ai pas trouvé la sente notée par la carte, pour la descente… c’est pareil. Mais au moins c’est une belle hêtraie, certes peu entretenue mais quand même plus facile de passage. Sans que la pente est très raide, avec des petites falaises à désescalader. Bref, le pas de Liérette était le passage le plus logique pour moi, mais je le déconseille fortement.
Je descend jusqu’au torrent du Brison, où je me recharge en eau et je retire mon t-shirt ML, que j’accroche à l’extérieur de mon sac. Ensuite, longue montée jusqu’au col de Blauge, et perte de mon ML, probablement au profit du vent qui soufflait bien. La poisse.
La montée au sommet de la crête de l’Âne est dure. Très dure. Digne d’un km vertical, surtout qu’il n’y a pas de sente. Quelques balises récentes sont là, mais trop sporadiquement placée. Pour la première fois, mais pas la dernière, je vais me demander qui se charge du balisage : un mauvais balisage sera semble-t-il une constante jusqu’au Vercors.
Je redescend au col St Pierre, et je remonte au col de Branche pour dormir. Moins de 25km, mais je suis crevé. Va falloir améliorer ça pour la suite.
Premier test en situation de mon mélange purée + soupe à l’oignon. C’est pas le must, mais ça cale bien. test concluant, donc.
Jour 2, du col de Branche à Orpierre : des crêtes, rien que des crêtes
Il y a eu de l’orage et de la pluie en début de nuit. Ça me permet de découvrir le deuxième défaut du cuben (le premier, c’est que ça prend infiniment plus de place que le silnylon, et donc que c’est chiant à ranger) : l’eau reste dessus. Je range donc mon abri trempé au fond du sac… Faut que je vois pour la possibilité de le laisser dehors (grâce à une poche filet ?) malgré son volume important.
Deuxième enseignement de la nuit : la doudoune sur les bras nus (merci à la perte de mon ML), c’est pas agréable du tout. J’ai presque eu froid d’ailleurs, mais je ne sais pas pourquoi. Le reste du temps, j’aurais trop chaud (au point de m’empêcher de dormir correctement). Le comble, à 1500m avec 250g de duvet seulement… J’en parlerai dans la partie liste.
Le chemin jusqu’au sommet des Bayles est évident. Tellement, que je rate l’intersection pour descendre au col de la Carasse. Pas grave, une bonne sente reste sur la crête, donc ça me va. Sauf que rapidement, la crête semble devenir impraticable et la sente se perd (oui, pour une fois je suis sûr que c’est la sente qui se perd, et pas moi qui perd la sente :p ). Je continue donc à flanc, dans la forêt. Le mode sanglier, c’est définitivement mon truc. Je reprend pied sous le sommet de la Platte, où se trouvent de magnifiques zones de bivouac. Passage au sommet, puis redescente au col de Blauri par une piste. Du col, je fais un aller-retour à la fontaine du Travers, qui coule bien. Attention, elle est mal placée sur la carte : elle est en contre-bas du chemin, dans une sorte de clairière formée par la chute d’un gros arbre. De toute façon, elle est dure à manquer avec son bidon bleue. Je repars donc vers le col St Pierre (pas le même que celui de la veille) bien chargé en eau), puis je monte le pic St Cyr. De là, longue crête, puis descente vers les gorges de la Méouge. Sur la carte, plusieurs chemins semblent convenir pour descendre dans les gorges, mais le seul que j’ai trouvé est celui de ma trace. Passage par le pont romain (qui date du XIVe, c’est donc plutôt un pont roman. Ou un pont byzantin. :p ) et les magnifiques gorges.
La montée sur le goudron vers Plumet est un peu ennuyante, mais ménage de beaux points de vue sur ces gorges qui méritent définitivement le détour. À Plumet, je me recharge en eau (important, car il n’y a plus d’eau jusqu’à Orpierre, et la montagne de Chabre est bien exposée au soleil), puis je monte en suivant le GRP. C’est une large piste au soleil, donc c’est franchement chiant. La fin de la montée sur la crête se fait sur un sentier bien sympathique, surtout par contraste avec le GRP. Je mange une fois sur la crête, puis je rejoins une piste qui m’amène jusqu’au sommet de la montagne de Chabre. De là, je prend une petite sente, indiquée partout (sur les cartes, les panneaux indicateurs, etc.), mais qui semble très peu utilisée. Elle est balisée en jaune, et reste toujours sur la crête ou à proximité immédiate (ne faites pas comme moi, au début j’ai suivi un autre balisage jaune qui a voulu me faire descendre, avant que je me doute de quelque chose et remonte sur la crête). Le cheminement est logique, mais long. Looooooong. Arrivé au col St Ange, j’en ai marre.  Je me dépêche, pour arriver assez tôt à Orpierre pour acheter  un peu de nourriture : je suis un peu limite pour tenir 10 jours, et je ne pense pas tenir longtemps en mangeant uniquement une galette de blé et un tiers (70g) de chorizo tous les midis.
Je suis à Orpierre assez tôt pour passer à la supérette (prix prohibitifs!). Mais, je suis à Orpierre trop tard pour reprendre le chemin, et je ne sais pas où bivouaquer. Je craque donc et m’offre une nuit en gite. Je suis tout seul dans un gite pour 15 personnes, au moins j’ai de la place. Le soir, je prépare mon itinéraire du lendemain dans la cuisine, en bas, avant de monter avec mes affaires me coucher (oui, ces précisions inutiles ont leur importance pour la suite).
Jour 3, d’Orpierre au col d’Arron : où j’apprends à relativiser
Je me lève, et commence à me préparer en grignotant la fin de ma boite de cookies. Tiens, où est la pochette de mon APN ? C’est dans celle-ci que je mets mes cartes de la journée, donc je l’avais descendu la veille au soir pour prendre les cartes. J’ai oublié de la remonter, et quelqu’un est passé dans la nuit se servir (la porte du gîte ne ferme pas, et je ne suis pas du genre à m’inquiéter pour une porte ouverte). Voilà, début du troisième jour, et plus d’APN. Super.
Bon, j’suis un peu vert, normal, mais je suis un peu responsable aussi. C’est con de se dire responsable d’un vol dont on a été victime, mais la nature humaine étant ce qu’elle est, il ne faut pas la tenter… Je passe prévenir le proprio du gîte, qui est absent, mais une charmante dame d’un certain âge compatit avec moi. C’est pas ça qui me rendra l’APN, mais c’est toujours bon à prendre. Finalement, je reprends la route.
En montant vers le Suillet, bien entendu, je cogite sur ce vol. Étonnament, ça me perturbe pas tant que ça. Bon, ça fait 250€ de disparu, donc pour mon budget d’étudiant ça fait mal : déjà que devoir acheter piolet et crampons en plus, ça m’embêtait, maintenant je dois donc racheter un APN ; mais je me dis que ça aurait pu être pire, que le vol ne compromet pas la suite de ma rando. Je commence donc à prendre les photos avec mon smartphone. Forcément, j’en prends moins, et la qualité est encore pire.
La montée au Suillet est tranquille, mais je suis un peu déçu une fois arrivé au sommet : je suis dans les arbres, donc autant pour la vue. Heureusement, quelques trouées me laissent apercevoir un bout de paysage.
ici, le traitre :p), je pense que la source est en contrebas du col, et donc pas sur mon chemin.  Un peu avant Combetière, un filet d’eau sort du talus. J’y fais le chameau et remplis ma petite bouteille. Mais plus loin, je me rend compte que l’eau est trouble. Je ne sais pas trop ce que j’ai bu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *