Makhtesh Ramon

Makhtesh Ramon

Après avoir fait le Jordan Trail, Anchor et moi avions profité des quelques jours qui nous restaient pour passer en Israel y faire une petite rando. Notre choix s’était porté sur le Makhtesh Ramon (« cratère de Ramon »), qui, d’après Wikipédia, est un « cirque d’érosion karstique situé dans le désert du Neguev [qui] mesure 40 km de long, 2 à 10 km de large et 500 m de profondeur. ».
 
Pour nous, c’était pratique : c’était sur la route de Tel-Aviv (d’où nous prenions l’avion) et c’est un endroit assez connu pour la randonnée, donc nous savions que nous trouverions les renseignements nécessaires pour organiser en vitesse une petite rando. De fait, l’office de tourisme nous a fourni une carte et une guide présente sur place nous a aidé à préparer un petit itinéraire. Par contre, elle a très largement surestimé la longueur de celui-ci et donc le temps nécessaire pour le faire : nous avions 4 jours, nous l’avons fait en 2,5 jours avec moi qui était malade comme un chien.
 
Voici donc les 60km / 1200m de D+ sur Openrunner :

Parmi les informations intéressantes :

  • La ville de Mitzpe Ramon est au bord du cratère. Comme elle est sur la route 40, elle est d’accès facile en bus et offre toutes les commodités nécessaires.
  • La nourriture en supermarché est assez chère (surtout pour nous qui arrivions tout juste de Jordanie)
  • Nous avions logé au Green Backpackers Hostel, mais il semble qu’il a fermé depuis. Dommage, il était bien.
  • L’Israel National Trail passe dans le coin, nous avions eu quelques portions en commun.
  • Une bonne partie de la zone est une réserve, et le reste est une zone militaire. Il est conseillé (obligatoire ?) de dormir dans les aires de bivouacs officielles.
  • Il n’y a pas beaucoup d’eau. En fait, à part les installations humaines (aires de bivouac, et pas toutes), il n’y en a pas.
  • Il y a peut-être des bestioles dans le désert, mais je pense que dormir à la belle se fait bien. Bon, j’étais déjà malade à cause de ce que j’avais chopé en Jordanie, donc il ne faut peut-être pas m’écouter. 😀
  • OpenCycleMap est super complète, mais n’affiche pas les aires de bivouac. OpenTopoMap les affiche.
  • Les chemins sont très bien balisés.
  • Nous l’avons fait en mars, c’était parfait. Avril est probablement déjà trop chaud. Octobre/novembre doit convenir aussi.

Plus spécifiquement, par rapport à l’itinéraire que nous avions parcouru :

  • Nous avions dormi aux aires de bivouac du km 25 (eau, payant, du monde) et du km 48.5 (gratuit, personne, eau à un robinet au bord de la route indiqué sur OCM).
  • Pas de grosses difficultés, mais les descentes et montées sont raides. La descente du km 32 est peu agréable car très raide et gravillonneuse. La montée au km 52 est très légèrement technique, mais elle est équipée et offre peu de difficulté.
  • Il faut bien gérer l’eau : pas d’eau en dehors des aires de bivouac et très peu d’ombre. A noter un bel acacia un peu avant le km 56 qui offre la seule ombre sur près de 20km de parcours.
  • Au km 50 passage dans un canyon qui peut être délicat voir impossible s’il a plu (mais au moins y’a de l’eau).
  • Il aurait facilement été possible de rallonger le tour, mais je pense que nous avons fait la partie la plus sympa et j’étais trop malade pour continuer.

Et maintenant, un avis un peu plus personnel : nous l’avons donc fait en 2,5 jours, en partant relativement tard (11h ?) le premier jour. Nous nous doutions que nous étions plutôt large pour le faire sur le temps dont nous disposions… Globalement c’est une très belle rando malgré la civilisation qui n’est jamais trop loin. Par contre, c’est vraiment désertique et minéral (il y a même des champs de lave), donc il faut aimer ça.
Et pour finir, quelques photos :

Le début longe le bord du cratère

Bonjour toi

Champ de lave au milieu du cratère

Paysage typique du plateau

Ruines qui marquent le début de la descente

Dans la descente

Ce qu’on montera demain matin

Vue du fond du cratère

Panorama du sommet

Début de la descente un peu scabreuse

La descente vue du bas (le sentier est au milieu)

De retour sur un bon sentier

Bon balisage

Paysage volcanique

Depuis le sommet

Petit canyon…

… deviendra grand

Bon sentier et roches pliées

Pas d’ombre et soleil qui cogne

Il y a quand même des fleurs

Bienvenue en Israel…

Israel ou Afrique ?

Fin de la montée un peu technique (mais vraiment peu)

On traverse une dernière fois le cratère

Chèvres sauvages (si si, au milieu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *