CDT : risques et choses à savoir

CDT : risques et choses à savoir

Attention : le CDT n’est pas dangereux. Je ne veux pas faire dans le sensationnalisme, mais je n’ai pas trouvé de meilleur titre. Comme pour tout sentier, il y a les risques inhérents à la randonnée et que je n’aborderai que très peu ici. Il y a aussi des choses propres au sentier très longue distance dans plusieurs environnements différents, et c’est là dessus que je vais insister.

Sentier

Orientation

Perdre le sentier peu parfois être facile. Une fois perdu, sans les bons outils ou les bonnes connaissances, la situation peut devenir un peu tendue. Cependant, avec l’avènement des GPS et téléphones portables (et de l’application Guthook) et le développement du sentier année après année, cette possibilité n’est pas si probable.

Déshydratation

Il peut y avoir des portions de 45km sans eau. Si on manque d’eau en arrivant à une source et qu’on la trouve à sec, ça peut ne pas être drôle. Le CDT, parce qu’il traverse des déserts et qu’il suit des crêtes, est souvent assez sec. Cependant, avec l’application Guthook il est possible de lire les commentaires pour savoir à quoi s’attendre. Si la situation devient critique, il est aussi souvent possible d’aller chercher de l’eau en quittant le sentier. Les zones où il faut être particulièrement vigilant sont le Nouveau-Mexique et le Great Divide Bassin dans le sud du Wyoming.

Altitude

Une grosse partie du Colorado se fait à plus de 3000m d’altitude, et le sentier officiel monte à 4300m. La raréfaction de l’air se fait déjà sentier et ralenti la progression. Le randonneur peut aussi être atteint du mal des montagne (cf. section suivante).

Gués

Traversée de rivière

Il faut parfois traverser des rivières à gué (majoritairement dans le Wyoming). Certaines de ces rivières peuvent faire jusqu’à 20m de large et, selon les années, le courant peut être fort. Bien penser à détacher les sangles de son sac pour pouvoir le retirer en cas de chute (pour ne pas être entrainé et noyé). Le randonneur sans bâtons devrait prendre des branches pour s’aider. Garder les chaussures est souvent plus sûr que de traverser pied nu.

Feux de forêts

Départ de feu à quelques centaines de mètres du sentier (qui sera fermé le lendemain)

Les autorités sont souvent très (trop ?) prudentes et ferment les sentiers s’il y a un feu de forêt (ou un trop gros risque de feu…) à proximité. Ça peut parfois paraitre un peu superflu, mais des rangers m’ont expliqué qu’en une journée un feu peut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres. L’amende pour avoir passé outre les interdictions peut être salée (jusqu’à 5000$ et/ou emprisonnement de 6 mois), donc à vous de voir si ça vaut la peine.

Neige

Dans le Colorado, lse Winds et potentiellement Glacier (surtout si SoBo), il faudra marcher dans la neige. Gare au risque de glissade. Piolet et crampons (microspikes) recommandés pour le Colorado NoBo. S’il faut choisir, je prendrais le piolet en priorité.
Attention : marcher dans la neige fatigue, même si on ne s’enfonce pas. Après la mi-journée, la neige est molle et on peut s’enfoncer jusqu’à la taille.

Orages

Les orages peuvent frapper tout au long du CDT et sans prévenir (j’en ai eu à 9h, d’autres au milieu de la nuit). Ils peuvent venir et repartir dans un ciel sinon bleu en à peine quelques heures. Le Colorado est connu pour ses orages ; lorsque la mousson commence au Nouveau-Mexique (mi/fin juin, parfois plus tôt), il peut y avoir des orages tous les après-midi dans le Colorado. Bien lire les cartes en avance pour repérer les (très) nombreux passages sur crêtes et les échappatoires possibles. Les orages sont ma plus grande crainte en rando.

Météo

En dehors des orages, la météo peut être très changeante. Nous avons eu des épisodes de neige fin août ; une randonneuse a dû passer une journée sous la tente par manque de couches chaudes pour marcher sous la neige.

Chutes d’arbres

Un insecte attaque les pins (notamment au Colorado), ce qui tue des forêts entières. Chaque années, les équipes doivent nettoyer le chemin des arbres morts. Si vous passez avant le nettoyage, la perte de temps peut être importante. En cas de forts vents, les arbres peuvent chuter. Si on est dessous, ça fait mal.

Blessures et maladies

Ampoules

Bon, les ampoules sont très courantes en rando, donc j’aurais pu ne pas les mettre. Mais le CDT est un bon terrain pour avoir des ampoules : désert avec du sable, chaud, puis traversées de rivières donc pieds humides. Les mini-guêtres pour limiter l’entrée de sable sont populaires, mais limitent aussi la respirabilité.

Shin splints

Le Medial Tibial Stress Syndrome (MTSS), ou stress du tibia interne (?), c’est une douleur sur le devant du tibia. C’est relativement courant, très douloureux et se soigne majoritairement avec du repos. C’est causé par les chocs répétitifs (et quand on marche plus de 10h par jour, c’est répétitif).

Frottements

Plusieurs zones du corps peuvent subir des frottements : entre les cuisses, entre les fesses (butt chafe) et sous les bras. Les frottements sont exacerbés par les conditions (sec, chaud, sable). Les deux premiers peuvent être très inconfortables et nécessiter un ou deux jours de repos. Pour limiter le frottement entre les cuisses, je suis passé au caleçon long. Pour soigner des zones de frottements et/ou les prévenir, j’ai découvert Res-Q ointment de Burt’s Bee. Un seul contenant de quelques dizaines de grammes suffit pour une centaine de jour. J’en mettais tous les soirs, seul moyen de limiter les butt chafes.
Les butt chafes peuvent faire sourire, mais c’est réellement un problème répandu. Certains allaient jusqu’à mettre du tissu (style buff) entre les fesses…

Giardia

Mmmh la bonne eau !

L’eau qu’on boit est souvent peu engageante, et souvent partagé avec les vaches. Parmi les maladies qu’on peut chopper, la giardia (en vrai giardose, causée par une amibe) est la plus connue. En gros, c’est une gastro, mais très, très violente et potentiellement dangereuse (déshydratation, fatigue). Normalement, les filtres eau et autres traitements suffisent à l’éviter. Prendre quelques médicaments pour soigner le gros des symptômes peut être pas mal pour laisser le temps de rejoindre la civilisation.

Ours

Type d’ours et territoires

Ours noir

Tout au long du CDT se trouvent des ours noirs. Bien que je n’aimerais pas me retrouver à me battre contre l’un d’entre eux, ils ne sont pas si dangereux et cherchent majoritairement de la nourriture (sans vraiment nous considérer comme une source possible). Il peut devenir agressif s’il se sent menacer ou en présence de ses petits.
A partir des Winds (milieu du Wyoming) et jusqu’au Canada le CDT est en territoire grizzly (souvent appelé brown bear). Plus gros et plus territoriaux que les ours noirs, ils représentent une menace un peu plus sérieuse.

Précautions

La plupart des randonneurs dort avec sa nourriture dans la tente avant d’arriver chez les grizzlys. Il arrive qu’un ours noir vienne chercher la source de l’odeur, donc c’est fortement déconseillé.
En territoire grizzly, il faut respecter des consignes (pas toujours obligatoires sauf dans les parcs) afin de rendre la nourriture inaccessible durant la nuit :

  • la pendre : solution la plus courante car la plus légère et la moins cher. Pendre sa nourriture tous les soirs est une vraie plaie.
  • ursack : sac qu’un ours ne peut pas ouvrir. Par contre, s’il essaie, la nourriture sera dans un mauvais état… Ce type de sac est onéreux et relativement lourd.
  • boite à ours : personne n’utilise ça sur le CDT. Trop lourd, pas pratique. C’est obligatoire sur une section du PCT.

Dans ce stockage il faut mettre toute la nourriture, mais aussi ce qui a une odeur : crème solaire, dentifrice, etc.

Un autre ours

En territoire grizzly, il est très conseillé :
 

  • d’avoir une bombe à ours toujours à portée de main (et de savoir quoi faire avec)
  • de marcher en groupe
  • de ne pas marcher de nuit
  • de faire assez de bruit pour avertir de sa présence. Certains conseillent des clochettes, elles sont inutiles (pas assez forte : l’ours a plus ou moins la même ouïe que nous).
  • d’être particulièrement vigilant dans les coins à ours : là où il y a des baies, bords de rivières, en cas de présence de carcasse, etc.

Risque ?

Quand on pense aux risques associés au CDT, les ours sont souvent cités en tête. Certes, ils représentent une menace à prendre en compte. Ceci dit, je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter outre mesure. Les accidents sont peu courants, et il faut suivre les conseils pour limiter les risques.

Autre faune

Orignal

En dehors des États-Unis, ils sont appelés Élans ; en anglais, mooses. Plus gros cervidés du monde, ils n’ont que peu de prédateurs et sont peu craintifs. S’ils estiment que vous êtes trop proche, il peuvent charger. La fréquence d’attaques par des orignaux est plus élevée que celle de grizzly.

Mountain Lion

Le puma est très discret, et en voir un est très rare. De temps en temps, il peut attaquer un randonneur, mais c’est peu courant.

Serpents, araignées et scorpions

Il y a des serpents à sonnette (et probablement quelques autres types de serpents pas trop cool), des araignées et des scorpions (surtout dans le désert). Je n’ai pas entendu parler d’un accident sur le CDT, mais ça peut toujours arriver. Ça ne nous empêchait pas de dormir à la belle-étoile.

Humain

Faire du stop

Je ne me suis jamais senti en insécurité (à part à cause d’un mauvais conducteur) en faisant du stop. Certaines filles préféraient attendre et faire du stop en compagnie de quelqu’un.

Chasseurs et armes à feu

Comme en France, la chasse peut présenter un risque.
Il arrive aussi que des gens aillent tirer dans les champs. S’ils ne sont pas trop cons, ils le font là où la visibilité est bonne et sans chemin dans la ligne de tir.

Sécurité

Couverture téléphone

Comme en France, il existe plusieurs opérateurs dont la qualité de couverture peut varier. De très loin, les deux ayant la meilleure couverture sont Verizon (considéré comme n°1 dans les zones montagneuses) et AT&T. S’il est assez courant de ne pas avoir de réseau pendant plusieurs jours, il est souvent possible d’en avoir au moins une fois par jour.
Astuce : le forfait Free à 20€/mois est fantastique pour les USA (appels/sms illimités USA/France, 25Go de data) et utilise le réseau AT&T.

Balise satellite

Beaucoup de randonneurs utilisent des balises satellites. Elle permettent de donner des nouvelles aux proches et de contacter directement les secours en cas de besoin. Les deux modèles les plus courants sont :

  • Spot Gen 3 : basique, permet juste d’envoyer des « OK » ou des « pas OK ». C’est ce que j’avais, fait très bien le boulot. Bien moins cher que l’inReach.
  • Garmin InReach : c’est à la croisée entre un téléphone et une balise. Permet d’envoyer des sms, recevoir des bulletins météo, etc. Ses possibilités dépendent du forfait choisi ; ça peut monter jusqu’à 80€/mois si on prend toutes les options.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *