CDT : cartes, orientation et planification

CDT : cartes, orientation et planification

Le CDT, c’est (officiellement) 5000km, plein de variantes, des sentiers qui peuvent ne pas exister, des ravitaillement à prévoir… Contrairement à ses cousins le PCT et surtout l’AT, le balisage est loin d’être toujours bon (c’est d’ailleurs plutôt l’inverse : il y a souvent une ou deux balises… par jour). Quelles sont les cartes utilisées par les randonneurs ? Comment planifier ses ravitaillements ? Qu’est-ce que ce « Guthook » dont je parlais si souvent dans mon récit ?

Les conseillés

La bible : Guthook CDT app

Depuis 2016 est disponible une application facilitant grandement le CDT et communément appelée Guthook. A la base, Guthook était un randonneur qui a créé une application pour l’AT, et devant son succès il a continué pour d’autres randonnées (notamment le PCT). Si j’ai bien compris, ça a été racheté par Atlas Guide (mais ça on s’en fout), et en partenariat avec la CDTC (CDT Coalition) et Bear Creek (qui a fourni les traces GPS) ils ont sorti le « CDT Hiking Guide ».

Cette application se présente sous la forme de carte précises (1/25000) avec le tracé GPS du CDT et de certaines variantes. Ce tracé est donc devenu le tracé officiel, alors qu’avant c’était à chacun de faire sa route. Il y a de nombreux waypoints (traversée de route, franchissement de barrière, point d’eau, ville, etc.) et un profil altimétrique. Mieux, pour chaque waypoint les randonneurs peuvent mettre des commentaires, ce qui constitue une mine d’information : telle source est à sec, le chemin se perd, ce restaurant est super bon… On y trouve de tout, et ces commentaires constituent vraiment un guide à part entière. L’application indique aussi à quelle distance se trouve un waypoint, ce qui facilite grandement la planification d’une journée. Par exemple avec Anchor et Snakefarm, avant de partir nous nous mettions souvent d’accord sur quel waypoint nous allions atteindre pour bivouaquer (souvent une source d’eau).

On peut régler l’application pour être NoBo ou Sobo, et entre miles+feet ou kilomètres+mètres (distance+dénivelé). Je conseille de laisser en mesures impériales car tout le monde parle en miles, donc c’est plus simple d’oublier les mesures civilisées pour le CDT.

L’application est divisée en 5 sections : Nouveau-Mexique, Colorado, Wyoming, Idaho/Montana, nord Montana. L’achat de l’intégralité est de 40$, ce qui est vraiment peu onéreux vu la quantité d’informations que ça permet d’obtenir. Les 120 premiers kilomètres du Nouveau-Mexique sont gratuits, ce qui permet de se faire une bonne idée de l’application.

L’application ne consomme pas tant de batterie que ça. En consultant très régulièrement mon téléphone, j’avais une autonomie de 3 ou 4 jours (sachant que j’écoutais beaucoup de musique et d’audiobook).

Le défaut de l’application (pour certains), c’est que ça rend le CDT « trop facile » : il est quasiment impossible de se perdre si on l’utilise. Pour moi qui ne cherchait pas le défi dans l’orientation, cette application était un énorme plus et si je devais faire le PCT ou l’AT je n’hésiterais pas une seule seconde avant de prendre l’application correspondante. C’est tellement plus facile de planifier ses journées, ses journées en ville, de ne pas s’inquiéter de se perdre ou de manquer d’eau…

Quelques captures d’écran valant mieux qu’un long discours :

Apparence normale. On constate que j’ai raté une intersection (pourtant indiquée) et que je suis en dehors du sentier
En rouge le tracé officiel ; en rose une variante officielle
Les informations et commentaires associés à un waypoint ; si je suis proche du sentier, ça ajoute la distance à laquelle est le waypoint en suivant le CDT.
Profil altimétrique

 

L’historique bien pratique : Ley’s map

Avant l’avénement de Guthook, il y avait plusieurs jeux de cartes. De très loin les plus connues et utilisées étaient les cartes réalisées par Jonathan Ley (qui a fait le CDT au début des années 2000), qui même aujourd’hui restent une référence. Elles sont trouvables assez facilement gratuitement sur internet et je conseille de les prendre avec vous. Beaucoup les impriment et emmènent les cartes papiers pour la backup en cas de problème avec le téléphone, mais même sur le téléphone (sous forme de PDF) c’est déjà très pratique.

Bon, elles sont moins pratiques que Guthook : tracé moins précis, commentaires souvent dépassés… Mais au fur et à mesure des années J. Ley a ajouté un nombre important de petites informations et de variantes qui peuvent vraiment aider. Certaines de ses variantes ont été intégrées à Guthook (notamment autour de Pie Town, NM), d’autres non mais sont plébiscités (variante avant Rawlins, WY). Bref, un très bon complément à Guthook qu’il faut avoir avec soi. Certains font encore le choix de partir uniquement avec ces cartes pour garder le défi de l’orientation.

Un site intéressant (trouvé à mon retour) listant les variantes de Ley (« purple routes ») et les commentant.

Un exemple avec quelques variantes. Knapsack col est aussi dans Guthook.
Autre exemple de variantes. Ces cartes sont parfaites pour trouver les petits raccourcis où les longues routes scéniques.

Guide léger mais efficace : CDTC planning guide

La CDTC édite un guide PDF (disponible gratuitement après inscription) qui constitue une très bonne introduction au CDT (en anglais). En plus de ça, il y a une liste de quelques variantes officielles et de leurs avantages/inconvénients, et surtout un grand tableau de plusieurs pages indiquant les différentes possibilités de ravitaillement. Très pratique pour avoir une vue d’ensemble de ce qui nous attend plus tard.

Liste de quelques variantes – moyennement utile.
Liste des possibilités de ravitaillement – extrêmement utile.

Les non-conseillés

Gros guide à l’ancienne : Yogi’s CDT handbook

Yogi est une ancienne thru-hiker qui a édité un livre qui, pendant très longtemps, était considéré comme la bible pour le ravitaillement. Chaque ville y est détaillée avec un plan et les différents services (hôtels, magasins, bureau de poste, commentaires, etc.) disponibles. A l’heure d’internet et du numérique, ce guide papier est assez lourd donc tant qu’il n’est pas dématérialisé (en pdf) je ne le conseille pas, surtout qu’il est assez cher (40$ neuf). Ceci dit, j’étais parfois bien content de l’emprunter à un de mes compagnons. 😉

Traces GPS : Bear Creek survey

Bon c’est un peu traitre de mettre ces traces ici vu qu’elles sont utilisées par Guthook. Mais elles sont aussi disponibles seules, et était utilisées lorsque les gens utilisaient de vrais GPS. Maintenant, avec les smartphone et Guthook, je ne vois aucun intérêt à utiliser un GPS : peu pratique, pas de visibilité, moins de renseignements, fait doublon avec le smartphone (sauf si pas de smartphone). Certes, le GPS a l’avantage de l’autonomie, mais Guthook ne consomme pas tant que ça est c’est assez facile d’avoir près de 2 semaines d’autonomie en prenant une powerbank.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *