CDT 25 : Lincoln – East Glacier

CDT 25 : Lincoln – East Glacier

7 jours, 171mi/275km

Nous nous levons assez tôt car nous avons plein de choses à faire avant de quitter Lincoln. Bien sûr, notre première destination est le restaurant pour le petit-déjeuner, puis nous nous séparons. Je dois aller à la poste pour envoyer ma bounce box au Canada. Mauvaise nouvelle : mon piolet dépasse de 2cm, donc le colis n’est plus de taille standard et le prix double. J’essaie dans tous les sens, mais rien à faire. La postière sympathise, mais la grille tarifaire est fixée et elle ne peut rien faire. Après pus de 30 minutes de tergiversations, elle propose en rigolant à une personne de passage de me racheter le piolet. Devinez qui est sorti de la Poste avec 30$ en rab et un piolet en moins ?

Je vais ensuite faire mon ravitaillement en vitesse avant de retourner à la chambre. Nous terminons de faire nos sacs avant de retourner à la supérette prendre de quoi manger – il est 11h passé, on a faim. Il est maintenant temps de faire du stop, mais Icepus ne sont pas patients et appellent un trail angel après 20 minutes à attendre. J’avais tout le temps du monde vu que je faisais une sieste sur le bord de la route. Nous croisons Anchor et Snakefarm qui arrivent au moment où on part.

Le ciel est couvert et il fait frais, mais au moins il ne pleut pas. Nous passons une cabane ouverte pour les randonneurs (la seconde sur le CDT – vive les Alpes et les Pyrénées). Je reste avec Icepus jusqu’à la première source où nous prenons une pause, puis je pars devant. Ils ont envoyé un colis à une Lodge sur le chemin (Benchmark Lodge), mais je ne l’ai pas fait donc je veux aller assez vite sur cette longue section pour ne pas manquer de nourriture. Je termine la journée sur une crête où les nuages défilent. J’ai la flemme de monter l’abri et je parie sur une amélioration, mais pour une fois je perds mon pari et en quelques minutes l’intégralité de mes affaires est trempée. Je ne passe pas une bonne nuit.

Le lendemain est un parcours de crête assez classique pour commencer. Je prends mon petit-déjeuner habituel, mais j’ai encore trop faim. Je mange un second petit-déjeuner, et je suis à peine comblé. Ça y est, après près de 5 mois de marche, je connais la hiker hunger, ce sentiment de faim dévorante qui nécessite de manger beaucoup plus et qui arrive d’un coup. Bien sûr, ça arrive sur une longue section où je suis déjà limite niveau quantité…

Plus tard je croise des randonneurs à la journée et j’arrive à yogi (cf. glossaire) de la nourriture. Ils me donnent majoritairement du trail mix avec des raisins sec (j’ai horreur de ça), mais je ne fais pas la fine bouche. Peu après, le chemin descend brutalement dans une large vallée et le reste de la journée est passé à suivre celle-ci jusqu’à l’entrée de Bob Marshall Wilderness (une zone naturelle très fortement protégée). Je perds le sentier et passe juste à côté d’un énorme nid de guêpes lorsque je coupe en hors-sentier pour le retrouver. Si je me tape un choc anaphylactique ici, il faudra probablement plusieurs jours pour me retrouver, donc je suis prudent et je le contourne largement. Finalement je retrouve le sentier (c’est facile avec un GPS) et je le suis jusqu’à rentrer dans les Bobs. Je continue dans les vallées jusqu’à monter à mi-chemin des contrefort du Chinese Wall, que je verrais demain. Je pose l’abri sur un ancien sentier alors que le nouveau sentier passe au dessus.

Le lendemain, ça y est : j’arrive enfin au Chinese Wall. C’est une des vues représentatives du CDT et malgré la brume persistante il reste impressionnant. Je le longe pendant quelques heures avant d’arriver au col de Spotted Bear. Là commence une variante que j’emprunte. A mi-chemin de la descente, les rayons du soleil prennent une teinte très rouge, comme un coucher de soleil. En me retournant, je vois une immense colonne de fumée à quelques kilomètres. En bas, un panneau a été apposé et indique que le sentier que je viens d’emprunter est maintenant fermé pour cause d’incendie. Mon timing était parfait. Je parle quelques instants avec les rangers qui sont venus mettre l’affiche, et ils m’apprennent une bien mauvaise nouvelle : un incendie s’est déclaré à la frontière canadienne, au niveau de la fin officielle du CDT. On verra en temps voulu, mais je ne suis pas heureux lorsque je repars.

Je n’ai que quelques kilomètres à faire pour rejoindre là où je veux bivouaquer. Ce sera une courte journée (39km), mais si j’avais voulu passer le col qui suit ça aurait fait trop pour moi qui veut légèrement ralentir le rythme. Une fois mon camp posé je me balade autour, et une biche ne fait que de se rapprocher de ma tente. Pour en avoir discuté avec les rangers, c’est probablement que le coin est souvent utilisé pour bivouaquer, et les animaux viennent manger l’herbe sur laquelle les randonneurs ont pissé pour récupérer le sel. Anchor et Snakefarm me rattrapent enfin et assistent eux aussi à l’étrange ballet j’ai-peur-mais-pas-trop de la biche. Ils n’ont fait que passer à Lincoln sans y rester la nuit et ont fait de grosses journées pour nous rattraper, mais ils ont doublé Icepus qui s’étaient arrêtés à Benchmark.

Le lendemain nous reprenons notre routine, avec un changement de taille : j’ai arrêté d’écouter des livres audio. Je marche beaucoup plus vite maintenant, et je suis souvent en tête. Nous nous rejoignons pour les pauses. La première de celles-ci est après que nous ayons passé le col et descendu une longue vallée de l’autre côté. Il y a une cabane de rangers (fermée) parfaite pour y manger. Je repas peu de temps après que mes compagnons m’aient rejoint et je termine la journée seul. Le chemin suit une vallée qui a brûlé l’année dernière. Même si les fleurs réapparaissent, le paysage reste presque apocalyptique. Je croise une équipe de volontaires en train de remettre en état le sentier. Ils installent des petits ponts inutiles alors que le chemin est déjà bon – ils ont déjà retirés les arbres morts, heureusement pour nous. Je passe pas mal de temps à échanger avec eux, et ils sont plutôt content de rencontrer quelqu’un qui apprécie leur travail.

Cette pause non prévue m’a mis en retard sur mon planning : je veux avancer le plus possible parce que la météo prévue les jours suivants est très mauvaise. Je fais une dernière pause peu après être reparti pour manger près de la dernière source d’eau avant un moment, puis j’allume le moteur pour aller bivouaquer 10km plus loin. Il fait presque nuit quand j’arrive là où je voulais m’arrêter, mais je dois tourner un moment pour trouver où mettre l’abri. Aujourd’hui je ne peux pas dormir à la belle-étoile, on attend de la pluie dans la nuit. Anchor et Snakefarm me rejoignent alors que je finis de manger et nous nous serrons comme on peut sur les 3m² presque plats.

Comme prévu, il a plu une bonne partie de la nuit. Même si ça s’est arrêté au moment de quitter le camp, je suis rapidement complétement trempé à cause des herbes hautes. La matinée se passe sous la pluie, avant que le ciel ne se dégage légèrement pour la pause de midi. Je la passe à une station de ranger où je peux faire sécher mes affaires, et le ciel se recouvre lorsque Anchor et Snakefarm arrivent et je repars. Ils sont toujours légèrement plus rapides que moi, mais ils prennent des pauses presque deux fois plus longues donc je reste souvent seul en tête. Le reste de la journée est sans grand intérêt sous cette météo, ce qui est dommage car sinon on aurait pu voir les contrefort du parc national de Glacier. J’arrive très tôt (17h) à un camping au niveau d’une route, après 43km de marche. Je suis à 24km de East Glacier, mais la suite est dans le parc national où le bivouac est interdit. De plus, les commentaires sur l’application indiquent que le chemin devient très touffu et qu’y trouver une place pour bivouaquer peut être difficile. Ceci dit, je me motive à repartir plutôt que d’attendre la fin de la pluie comme un con sous ma tente ; au moment de repartir, un train de marchandise arrive. Il est long, et il s’arrête. Peu après, un autre train arrive dans l’autre sens et passe ; enfin le premier train repart. Le col a été bloqué pendant 40min. Comme il s’est remis à pleuvoir assez fort, ma motivation coule et je reste au camping comme c’était prévu.

Anchor et Snakefarm me rejoignent tardivement, au point que je pensais qu’ils avaient pris une variante. Ils décident de partir tôt le lendemain pour manger à East Glacier ; je décide de faire une mini grasse mat’ et je ne pars que vers 8h. Il ne fait que pleuvioter, mais comme la veille les herbes se chargent de me tremper. Surtout que le chemin est effectivement complétement envahi et la progression est parfois un peu difficile. J’arrive vers 13h à East Glacier, en même temps qu’England que je retrouve pour la première fois depuis le sud du Wyoming. Nous allons manger ensemble avant d’aller prendre un lit dans un des hostels. Pour la première fois depuis le début du CDT, j’arrive en ville avec aucune réserve restante en nourriture. J’ai toujours faim – très faim.

Le soir nous mangeons au fabuleux restaurant mexicain qui jouxte l’hostel. England a déjà ses permis, ce qui n’est pas le cas de nous trois. Après moult plans, nous décidons finalement d’aller à Two Medicine demain (étape de 18km avec un joli col) et de voir quels sont les permis disponibles. Peppermint Skunk, Da Bear et MacGyver n’ont qu’une journée d’avance sur nous, donc si j’ai les bons permis je vais accélérer pour essayer de les rattraper avant la fin. L’incendie bloque toujours l’accès à la frontière et il faut prendre la variante officielle de Mountain Chief pour terminer le CDT.

21-08-2018
Clair obscur

Les incendies responsables de ces fumées sont à plusieurs centaines de kilomètres de là

Quelques nuages ne font que passer mais apportent de l’humidité

Coucher de soleil, brume et nuages

22-08-2018
Bonjour vous

Descente vers la Bob Marshall Wilderness

Prudence autour de ça

23-08-2018
Maintenant jusqu’au Canada on est en territoire protégé

24-08-2018
Le fameux Chinese Wall

On ne peut plus marcher tranquille

Belle muraille

La fin du mur

Que me disent les augures ?

Nouveau feu de forêt

Le soleil à travers les fumées donne des couleurs du soir

Arrivé en bas, j’apprends que le sentier vient d’être fermé

Petit défilé

Bonjour toi

A priori ils sont attirés par le sel

25-08-2018
Falaises

Montagne

« Bienvenue » vraiment ?

Les feux de l’année dernière ont laissé quelques traces

La vie reprend

Soirée en ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *