CDT 16 : Rawlins – Landers

CDT 16 : Rawlins – Landers

5 jours dont 2 demi-journées, 121mi/195km

Après la longue journée d’hier, nous devons récupérer un peu, donc nous ne commençons à bouger que tard dans la matinée. Nous récupérons Dodgy et Lone Star et allons manger ensemble (mexicain, pour changer). Ensuite il est temps de penser au ravitaillement. Dodgy et Lone Star l’ont déjà fait, mais ils m’accompagnent à Walmart pour acheter quelques babioles. Nous y passons un long moment à rêver devant le rayon vélo. Pour moins de 100$, nous pouvons avoir une bécane qui pourrait largement améliorer notre vitesse dans la prochaine section, qui s’annonce très plate et sur piste. Finalement nous résistons à la tentation, et ils me laissent à mes courses alors qu’ils repartent en chemin.

Je me pose longuement sur un banc pour profiter du Wifi avant de me diriger vers la poste pour envoyer un colis à South Pass City. J’y retrouve Snakefarm et Anchor, et nous allons tous les trois manger un burger de célébration (on a fait quelque chose aujourd’hui !). Il est 17h, c’est donc l’heure toute indiquée pour repartir. Il fait encore chaud, mais nous essayons d’avancer d’un bon pas pour atteindre une source (la seule) qui est à 21km. Après en avoir fini avec la route, nous continuons sur un mélange de pistes et de hors-sentier alors que le soleil est en train de se coucher. Nous voyons aussi trois serpents à sonnettes en l’espace de 2h, ce qui n’est pas rassurant quand on commence une marche de nuit. Nous atteignons la source aux alentours de 23h et nous y retrouvons Lone Star.

Après une nouvelle nuit à la belle étoile – même pas peur des serpents -, nous repartons alors que le soleil se lève. Un peu plus loin nous croisons Dodgy encore dans son sac de couchage, puis nous continuons. Nous devons faire un ou deux kilomètres sur une route avant de rejoindre en hors-sentier une plaine. Maintenant, c’est tout droit jusqu’à une piste, puis ensuite c’est tout droit sur la piste. C’est plat, il fait chaud, et il n’y a absolument vraiment aucune ombre. La pause du matin se fait sous un rocher, serrés dans le peu de fraicheur que nous pouvons trouver. Nous prenons la pause de midi près d’une source – il y a quelques puits solaires pour les vaches, mais qu’est-ce qu’elles mangent ? – où pour avoir de l’ombre nous devons accrocher nos tapis de sol à la clôture. Nous repartons après une très longue pause en visant un bassin (lac artificiel) qui se trouve encore à pas mal de kilomètres pour y dormir. Nous marchons chacun à nos rythme tout en nous croisant très régulièrement, surtout quand l’un d’entre nous fait une sieste impromptue.

Le bassin est à la fois une bonne réserve d’eau (on a soif) et un bain bienvenue (on a chaud). Nous dormons sur ces berges en mettant le réveil pour très tôt (5h30) : nous voulons marcher avant le soleil. Mais bien sûr il vient, aussi fier que jamais. Pas un souffle de vent, et la seule impression de mouvement dans ces immensités est celle des chevaux sauvages qui galopent autour de nous. On peut dire ce qu’on veut, marcher dans un désert fait toujours quelque chose, que ce soit dans le Wyoming ou en Islande.

Comme la veille, nous nous retrouvons (moins Dodgy, qui est légèrement derrière) près d’une source d’eau pour manger. L’après-midi est légèrement plus vallonné mais toujours aussi chaud. Alors que nous sommes tous les quatre ensembles, nous voyons un 4×4 arriver au loin, puis s’arrêter et ses occupant installer un mini barnum. Quand on arrive à leur niveau, ils nous proposent sodas et fraisier (le gâteau, avec fraises fraiches et chantilly). Oui, ils sont là pour faire du trail magic. C’est pas cool ça ? Ils me font passer un message de la part de Larry Boy qui n’est pas loin devant : basiquement, c’est « t’es vraiment super lent, avance plus vite ». Je leur demande de faire suivre le message à Dodgy, et il est déjà temps de repartir après cette pause imprévue qui nous a fait perdre pas mal de temps. Il y a une source de piètre qualité plusieurs kilomètres devant, mais en poussant encore un peu nous pouvons atteindre une cache d’eau. C’est parti pour une longue fin de journée ! Lone Star s’arrête avant, mais nous continuons jusqu’à la fameuse cache et nous trouvons de l’eau sans bouse de vache flottant à sa surface. On a fait une petite soixantaine de kilomètres aujourd’hui, donc je ne mets pas longtemps à trouver le sommeil.

Le lendemain est un jour normal, à part que c’est mon anniversaire. Du coup, après une journée classique sans grand chose à raconter (le Bassin c’est cool, mais au bout de 4 jours on a un peu tout vu), le ciel me gâte avec un orage. Nous buvons une bouteille de Cabernet Sauvignon (marque Bandit : c’est dans une bouteille en carton) que Snakefarm a portée jusque là tout en savourons les gâteaux d’anniversaire (comme des Savanes, mais goût « birthday cake » ; c’est un truc aux US) qu’Anchor avait prévus, le tout alors que l’orage se déchaine pendant quelques dizaines de minutes autour de nous. Ce n’est pas vraiment un anniversaire comme les autres on va dire…

Autre surprise : nous traversons une rivière ! Nous voulions y prendre de l’eau, mais des vaches ont pris leurs quartiers tout autour et l’eau ne nous attire pas. Nous décidons de prendre une variante qui nous fera longer la rivière afin d’être au dessus des bouses pour remplir nos bouteilles. Nous y arrivons finalement (après une traversée de troupeau apeuré : des dizaines de vaches et taureaux qui courent autour de vous, ça fait peur !) et nous posons le camp à l’abri des arbustes. Nous sommes un peu protégé un vent, mais les moustiques me font des misères et la nuit est très loin d’être bonne.

Nous partons donc plus tôt que ce que nous aurions pu pour faire la grosse dizaine de kilomètre qui nous séparent de South Pass City, une ancienne ville minière qui est maintenant un musée à ciel ouvert. Il y a un magasin de souvenir où Anchor et moi avont envoyé des colis de nourriture ; cependant Snakefarm n’en a pas et il va devoir faire du stop pour aller à Landers. Nous recroisons plusieurs randonneurs (notamment England, qui a commencé avec moi, et MacGyver), et Snakefarm termine de nous convaincre d’aller à Landers avec lui. Ma nuit ayant été misérable, il ne met pas très longtemps à trouver la corde sensible pour me faire venir (un vrai lit dans une vraie pièce sans moustiques). Nous marchons donc les quelques kilomètres qui nous séparent de la route et commençons à faire du stop.

Deux heures plus tard nous sommes toujours là. Beaucoup de circulation, mais personne ne s’arrête sur cet axe majeur. Il n’y a ni ombre, ni d’eau et nous commençons sérieusement à être de mauvaise humeur. Nous décidons d’écrire notre destination sur un tapis de sol en tyvek, et la première voiture qui passe après que nous affichions notre panneau s’arrête. La conductrice nous demande où nous voulons aller : elle n’a même pas vu notre affiche.

Landers fut l’un des plus gros vortex du CDT : impossible d’en partir. Lone Star et Dodgy nous y ont rejoint et nous avons fait nos corvées (notamment l’achat de bombe anti-ours vu qu’on arrive chez les grizzlys), mais la motivation est au plus bas. Comme des orages passent dans le ciel, nous en profitons pour décréter que ce sera un zero. Moi qui ne voulait ni aller à Landers, ni prendre de zero dans le Wyoming… Est-ce que je le regrette ? Absolument pas. J’aime les zeros. :p

05-07-2018
On attaque officiellement le Great Divide Basin

Faut faire attention où on marche

Il est déjà assez tard

A demain M. Soleil !

Au moins on aura pas trop chaud

Quoi de mieux que ce genre de rencontre au début d’une marche de nuit ?

06-07-2018
Vision lointaine

Snakefarm

Anchor

Snakefarm & Anchor

On doit aller tout droit…

Allégorie de ma peau

Le paysage défile lentement…

Snakefarm

A la recherche de l’ombre (on fait ce qu’on peut)

Anchor & Snakefarm pour l’échelle

Immensité

Vache (ce qu’il en reste)

C’est pas tout plat ! (en fait si quand même)

Même en jeep ce serait long

Lone Star est fatigué

Regard en arrière

Une piste presque toute droite et moi – Photo prise par Anchor

Coucher de soleil sur le bassin après le bain

07-07-2018
Départ avant le soleil pour profiter de la relative fraicheur

En vrai le désert est très beau, mais seulement entre 18h et 8h

Étalon surveillant sa horde

Chevaux sauvages

C’est reparti

Un peu plus de dénivelé aujourd’hui

Balise

Cheval sauvage

Mini-vallée

Anchor et rien d’autre

Couleurs du soir, bonsoir

Au cas où on se perde ?

En route vers… Quoi ? On ne voit plus 10km devant nous ?

Ah si, la vue reste dégagée

Anchor & Snakefarm

On aurait dû prendre des vélos

Snakefarm et moi au coucher du soleil (heureusement qu’il n’y a pas le son, on était en train de chanter) – Photo prise par Anchor

Premières vues sur les Winds

Snakefarm sur le CDT

Coucher de soleil sur les Winds

08-07-2018
Le truc qu’on est content de croiser

Bon bah c’est reparti…

L’orage pour fêter mon anniversaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *